Sur la route par Jack Kerouac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sur la route par Jack Kerouac

Message par Mathieu le Jeu 15 Mar - 18:18

Bonsoir,

Comment ne pas parler de ce roman qui va avoir enfin(quoi que je ne suis pas si emballé que cela) son adaption sur grand écran.
Francis Ford Coppola est le détenteur des droits d'adaptation cinématographique de Sur la route depuis 1968 et le scénario fut écrit par Russel Banks, autre auteur américain dont j'apprécie beaucoup les oeuvres.
Le tournage avait été prévu à l'automne 2001 une première fois mais n'a jamais commencé.
Mais il y a quelques semaines de cela on nous livrés une bande-annonce du film avec une date de prévu : 2012.

Je ne suis pas un fan des films et je ne suis pas dans la catégorie approprié.
Je vais donc parler du bouquin que je viens de finir. J'avais essayé de le lire une paire de fois,mais j'avais tout le temps décroché.

J'ai aimé les sentiments de longueur parfois qui sont juste là pour insister sur le fait que la route,c'est long.Les kilomètres avalés en caisse,les uns qui se reposent pendant que les autres conduisent,et vice versa.
J'ai comme l'impression que je l'ai lu trop vite tellement j'étais fasciné par Moriarty en fait parce que je me rends compte qu'à part parler de lui j'ai pas tant de choses à dire que ça ...
A chaque moment j'attendais le moment ou il allait se manifester à nouveau
A relire donc ... Pas tout de suite,mais à relire.

Mais une chose que j'ai trouvé lourd dans ce livre c'est la traduction. La traduction, qui est un gros problème au vu de l'oeuvre du mec. Tout d'abord, pour situer le courant littéraire, on peut dire qu'il faisait partie des Beatniks, poètes déchus dans un certains sens, mais qui en ont conscience. Les meilleurs !

Beatnik vient évidemment du mot Beat, qui signifie le rythme (à l'époque celui du jazz et de ses improvisations fulgurantes. le rock existe pas encore, enfin bon Presley si mais bon c'est pas trop du rock) mais aussi, et c'est important, du mot béatitude, qui correspond mal au sens qu'on lui donne aujourd'hui mais plus à une idée de contemplation mystique, pour atteindre le nirvana bouddhique, en tout cas pour s'en rapprocher.

Les beatniks entre eux sont très différents, bien qu'ils se tirent pas dans les pattes... ils sont à peu près tous potes et c'est pas rares de croiser dans leurs bouquins leurs potes, c'est à dire les autres beatniks. Ginsberg écrit des poèmes, Kerouak écrit comme un journal de ce qui lui arrive (mais putain quel journal !), Burroughs écrit les hallucinations qu'il connaît sous Héro (trouvez moi un autre junky qui écrive alors qu'il est en plein trip. Le prologue du festin nu c'est :"je me souviens pas avoir écrit ce livre...").

Mais entre tous ces gars y'a une constante, et c'est là qu'arrive le douloureux problème de la traduction. En fait tous ces mecs s'étaient donné pour mot d'ordre la littérature de l'instant, c'était la façon qu'ils avaient trouvé pour exprimer le mieux leurs idéaux. Et sur ce point là la langue anglaise est 10 fois mieux adaptée.
La littérarure de l'insatnt, ça signifie pour eux qu'ils écrivent comme ils parlent, sans essayer de travailler le rendu du texte, tous ces mecs ont écrit comme ça, sur le coup, sans même se relire, ils couchés sur le papier, sans ces contraintes raffinées et toutes ces entraves, quoi, les tabous littéraires et les frayeurs grammaticales.. Aux antipodes d'une littérature qui se veut recherchée, avec des effets de styles et des procédés littéraires qui ajoutent au sens... La seule ligne pour pouvoir décoder un bouquin comme sur la route c'est pas un thème, ni un motif, c'est juste l'état d'esprit de son auteur au moment où il l'a écrit.. et c'est ça qui fait la force des beatniks, retranscrire un instant avec toutes ses sensations plutôt que d'écrire pour faire passer un message. Et du coup le message passe quand même, sans qu'on s'en rende compte. Et en lisant "sur la route" on subit l'appel de la route, un peu à la manière d'un message subliminal.

Et le problème de traduction me direz-vous ? eh bien j'y arrive. Déjà tous ces mecs utilisent un rythme de phrase très recherché, sensé imiter le Jazz... et là premier problème de Traduction, en français on dit constitution, pas KEUNsteTYOUchien, et ça ça joue pas mal au nivaeu du rendu, l'accentuation des mots... tu lis une phrse de Kerouac à voix haute en englais, c'est tout un rythme que tu découvre...

Après, deuxième problème de traduction, en français la syntaxe est beaucoup moins permissive, on peut faire moins de trucs en français qu'en anglais du point de vue de l'agencement de la phrase. Il y'a des trucs qui passent pas pour les lecteurs francophones. Et c'est là que ça coince justement, parce que la littérature de l'instant, sans relecture ni correction , c'est en gros écrire comme on pense ou on parle.. et c'est là que survient le problème... ces gars là sont intraduisibles... enfin si on veut... j'ai lu sur la route d'abord en français, et il ne m'a pas paru un tel chef-d'oeuvre que ça... et là je l'ai relu en V.O. Eh ben là tu comprend, quand tu vois qu'une phrase beatnik s'étale sur 1 page et demi.... T'as la majuscule, tu lis, et tu te rends compte qu'avant le point y'a 10000 trucs, sur 2 pages, reliés par des "and" et des "and"....

Et du coup c'est con, parce que ce qui fait la force même de cette littérature, c'est la forme du texte, pas le fond... Alors quand on joue avec autant de brio avec la langue anglaise, eh ben c'est bien difficile pour les traducteurs de suivre... et de faire suivre... donc si vous lisez Kerouak où un autre beatnik, le mieux c'est de le faire en anglais.. je sais c'est chiant mais en français le sens est pas là, alors... parce que le vrai sens de ces mecs, c'est de rendre leurs émotions au moment de l'écriture dans la forme et les images évoquées... Ils sont vraiment trop forts... y'a du fond, y'a de la forme, et la forme retranscrit le fond, comme ça, sans avoir besoin de tous ces procédés littéraires entre les deux...

Bonne soirée!

Mathieu


Revenir en haut Aller en bas

SUR LA ROUTE PAR JACK KEROUAC

Message par Olia le Ven 16 Mar - 8:58

Que de passion dans ton texte !





Olia
Administratrice - Fondatrice


http://la-tranquillite.forumdediscussions.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route par Jack Kerouac

Message par dieu60 le Ven 16 Mar - 22:47

Tu résumes bien ce livre. L'esprit Beatnik à l'état pur, marquant des hommes et des femmes ayant vécu cette époque, ceux l'ayant raté ou ceux qui l'on simplement rêvé... Un livre de chevet pour plusieurs générations.
Le problème que tu soulèves, celui de la traduction, je suis d'accord. J'ai déjà remarqué la lourdeur de certains traducteurs qui rendent parfois le texte totalement indigeste... Le problème est qu'il faut connaitre l'Anglais pour lire dans le texte... et là... c'est râpé!!..






dieu60


http://la-tranquillite.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route par Jack Kerouac

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum