AFFAIRE CARTERON (1946)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

AFFAIRE CARTERON (1946)

Message par Michael Jackson 93 le Mar 9 Avr - 10:27

AFFAIRE CARTERON (1946)

L’affaire Carteron, également connue sous le nom de tuerie de Bommiers, ou tuerie des Ajoncs Barrats, du nom du lieu-dit, proche de Bommiers dans l’Indre, défraya la chronique dans l’immédiat après-guerre.

Le 21 juillet 1946 une famille de modestes paysans, les Carteron, est retrouvée assassinée dans la ferme au lieu-dit « les Ajoncs-Barrats », commune de Bommiers, Indre. Le mystère de cet assassinat sans mobile apparent n’a jamais été élucidé.

Les faits

C’est seulement le matin du jeudi 25 juillet 1946 que Mme Jeanne Jugand, 35 ans, voisine immédiate des Carteron, inquiète de ne pas avoir vu ses voisins depuis plusieurs jours se rend à la ferme des Carteron, distante d’une centaine de mètres. Le mari de Mme Jugand avertit de suite la maire puis la gendarmerie d’Ambrault. Le Parquet à Châteauroux demande le concours de la police judiciaire de Limoges. Plusieurs commissaires et commissaires-inspecteurs sont dépêchés et procèdent aux constatations d’usage dont le commissaire Georges Daraud qui peu de temps après sera également en charge de l’ affaire Mis et Thiennot à Saint-Michel-en-Brenne. Un serrurier ouvre la porte. Il semble s’agir d’une exécution. À l’intérieur le corps de Kléber Carteron, de sa femme Alphonsine, de leur fils André et du jeune Claude Godard, pupille de l’Assistance publique ont été retrouvés ligotés, ventre contre terre, exécutés d’une balle dans la nuque. Le chien a également été tué dans sa caisse.

L'enquête

Six douilles percutées sont trouvées sur la scène du crime ainsi que 2 non percutées. Le procès-verbal des gendarmes souligne la situation relativement isolée de la ferme, décrit les trois pièces d’habitation et souligne que « la porte de la pièce où a été commise le crime est fermée à clef. La clef a été enlevée et n’a pu être retrouvée… La fenêtre a une vitre brisée... ».

Malgré le désordre régnant dans la pièce et les armoires fouillées, rien ne laissait supposer qu’il y ait eu lutte. Étonnamment les limiers de la PJ ne vont pas rechercher de suite quelle arme a tiré ces douilles. Un armurier confirme juste que les 6 douilles proviennent de la même arme. Le commissaire Daraud parle d’un revolver... Deux ans plus tard, on saura qu’il s’agit d’une mitraillette Sten.

L’hypothèse du vol semble peu plausible tant la situation de cette famille était précaire. Le meurtre de cette famille modeste, vivant entourée de la considération générale est inexplicable. On écarte le crime de rôdeur, de vengeance sur affaire personnelle suite à quelque querelle avec un ancien légionnaire se trouvant à l’heure du crime à Sidi-Bel-Abbès. Celui-ci est rapidement mis hors de cause.

L’enquête se poursuit par des interrogatoires. Les paysans berrichons se montrent peu loquaces et réticents à apporter des témoignages. Plusieurs hypothèses sont évoquées mais n’aboutissent sur rien.

De nouveaux indices apparaissent lorsqu’un autre ouvrier agricole, employé comme Kléber Carteron à la ferme des Paisseaux, relate les craintes exprimées par Carteron l’hiver précédent. A deux reprises Carteron rapporte avoir été suivi sur le chemin de terre qu’il empruntait pour regagner son domicile. À quelques centaines de mètres près de la forêt domaniale toute proche on découvre une musette qui a appartenu à Carteron avec un cahier d’écolier, puis onze jours plus tard un bûcheron découvre un abri de fortune dans la forêt. On peut relier d’un trait la ferme du crime, le lieu où la musette a été retrouvée et la cachette en coupant à travers champs.

En même temps la rumeur publique évoque « une affaire de maquis ». Kléber Carteron, braconnier à ses heures, aurait surpris des maquisards détournant un butin parachuté dans la forêt toute proche. Or la mitraillette Sten est justement le type d’arme qui était parachutée pour les maquis. En avril 1947 un dernier rapport de Daraud clôt momentanément l’affaire sans trouver ni mobile ni coupable.

Nouvelle enquête

L’enquête sera confiée ensuite à la police d’Orléans en 1948, René Rolland est mis sur la piste politique. On retrouve une mitraillette Sten chez un « capitaine Jacques» de réputation douteuse dans la région. Il animait une réseau de résistants, A.S. (Armée secrète) sur le secteur issoldunois. Un professeur spécialiste des armes confirme que c’est avec une mitraillette Sten qu’on a tiré les balles mais paradoxalement on ne lui propose pas la mitraillette retrouvée. Jusqu’ici aucune analyse balistique n’avait été réclamée.

L’enquête qui semblait relancée est à nouveau interrompue. Un non lieu est prononcé en décembre 1948.

Aujourd’hui le règlement de comptes est encore la thèse la plus communément admise par la population. Il est prouvé que l’enquête avait de nombreuses lacunes et que tout n’avait pas été mis en œuvre pour mettre au jour toute la vérité étant donné les circonstances très particulières de l’après-guerre.




source :

wikipédia

Michael Jackson 93


Revenir en haut Aller en bas

Re: AFFAIRE CARTERON (1946)

Message par Olia le Mer 10 Avr - 10:53


L'après guerre, époque encore bien trouble où les règlements de comptes allaient bon train.





Olia
Administratrice - Fondatrice


http://la-tranquillite.forumdediscussions.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: AFFAIRE CARTERON (1946)

Message par Michael Jackson 93 le Mer 10 Avr - 18:18

merci Olia de m'avoir répondue c'est super gentil de ta part je suis très content que cela te plaise

Michael Jackson 93


Revenir en haut Aller en bas

Re: AFFAIRE CARTERON (1946)

Message par Olia le Mer 10 Avr - 19:55


Pas de quoi Michael, c'est un plaisir de lire ces affaires criminelles.





Olia
Administratrice - Fondatrice


http://la-tranquillite.forumdediscussions.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: AFFAIRE CARTERON (1946)

Message par dieu60 le Mer 10 Avr - 21:48

Encore une affaire trouble non élucidée, un peu dans le style de l'affaire Dominici. Merci pour cette découverte Mickaël !






dieu60


http://la-tranquillite.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: AFFAIRE CARTERON (1946)

Message par Michael Jackson 93 le Jeu 11 Avr - 1:32

de rien Dieu c'est 1 plaisir pour moi de vous faire découvrir certaines Affaires Criminelles que vous ne connaissez pas

merci encore Olia

Michael Jackson 93


Revenir en haut Aller en bas

Re: AFFAIRE CARTERON (1946)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:09


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum